Le BEURRE DE KARITE

 

Histoire, culture et utilisation du karité


 

Histoire

La découverte du Karité par M. Mungo Park
Extraits du livre "VOYAGE DANS L'INTERIEUR DE L'AFRIQUE de M. Mungo Park, Edinburgh 1797

Le nom scientifique a été donné à ce beurre en l'honneur du grand voyageur, M. Mungo Park qui, le premier, remonta le fleuve Gambie vers la fin du XVième siècle.

... "Indépendamment des esclaves et des marchandises qu'ils portent pour les blancs, les marchands amènent sur la côte de Gambie du fer natif, des gommes odorantes et du shétoulou, ce qui signifie littéralement "beurre d'arbre" ou beurre végétal. Ce beurre est extrait d'une espèce de noix, par le moyen de l'eau bouillante, ainsi que je l'expliquerai par la suite. Il ressemble au beurre ordinaire et en a la consistance... Les populations locales en font une grande consommation et par conséquent il est toujours très recherché...

...Les habitants étaient toujours occupés à recueillir les fruits de l'arbre "shea". Cet arbre croît abondamment dans toute cette partie du Bambara.. Il n'est pas planté par les habitants, mais on le trouve croissant naturellement dans les bois. Lorsqu'on défriche les forêts pour cultiver la terre, on coupe tous les arbres, excepté les "sheas".

Cet arbre ressemble beaucoup au chêne américain, et le fruit, avec le noyau duquel, séché au soleil et bouilli dans l'eau, on prépare le beurre végétal, ressemble un peu à l'olive d'Espagne. Le noyau est enveloppé d'une pulpe douce, que recouvre une mince écorce verte.

Le beurre qui en provient, outre l'avantage qu'il a de se conserver toute l'année sans sel, est plus blanc, plus ferme à mon goût, qu'aucun lait de vache que j'aie jamais mangé. La récolte et la préparation de cette précieuse denrée semble faire un des premiers objets de l'industrie africaine, tant dans le royaume des Bambaras, que dans les pays environnants. C'est un des principaux articles du commerce intérieur avec le fruit séché au soleil...".

Informations recueillies par le géographe arabe Al-Umari vers 1348

"Il y a un arbre appelé KARITI qui a un fruit semblable au limon et dont le goût est semblable à la poire avec à l'intérieur un noyau charnu. On prend ce noyau qui est tendre, on le broie et on retire une sorte de beurre qui devient compact comme lui. On en blanchit les maisons, on le brûle dans les lampes, on en fait du savon. Si on veut manger ce corps gras on le traite au feu. Le produit obtenu est utilisé comme le beurre".de ces contrées.

... Peu de temps après le "douty" m'envoya chercher et me permit de coucher dans un grand ballon, en un coin duquel était un four destiné à faire sécher des fruits de "shea'. Il contenait environ un demi-charreté de ce fruit sous lequel était un feu de bois clair. On me dit qu'au bout de trois jours, le fruit serait en état d'être pilé et bouilli, et que le beurre préparé de cette manière était préférable à celui qu'on faisait

Culture
On retrouve cet arbre essentiellement en Afrique, en savane arboré et la zone s'étend de la frontière sénégalo-guinéenne pour s'enfoncer vers l'Afrique Centrale à travers le Mali, le Nord de la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Nord de Ghana, du Togo et du Bénin puis le Nigeria...

Climat
Le karité ne pousse que dans le climat sahélien avec une pluviométrie jusqu'à 1000 mm et deux saisons bien distinctes et une longue période sèche. Les sols de latérite doivent être bien drainés.

Famille: des sapotacées

Hauteur: L'arbre peut atteindre une hauteur de 10 à 15 m.

L'arbre: Le Karité a une durée de vie très longue, jusqu'à deux siècles. Il donne des fruits à partir de la quinzième année, mais il n'atteint sa pleine production qu'à sa vingt-cinquième année.

Le Karité est dépouillé en saison sèche et paré de feuilles pendant la saison des pluies. Cinq mois après la floraison (Juin à Juillet), les fruits mûrs tombent au sol.

Le fruit: Ces fruits charnus, groupés en grappes, sont des baies ovoïdes de couleur vert sombre ou brun qui ont la forme d'un avocat dont la pulpe sucrée est comestible. À l'intérieur du fruit se trouve une noix entourée d'une coque mince contenant une amande dure et une amande blanchâtre qui recèle une matière grasse, équivalent à 50% de son poids, nommée beurre de Karité.

La production moyenne est de 15 à 20 kg de fruits frais par arbre, soit 3 à 4 kg d'amandes sèches commercialisées. (Tiré du Mémento de l'Agronome)

Transformation de la noix en beurre de karité

L'extraction traditionnelle se fait après malaxage des graines broyées en poudre et mise dans une marmite d'eau bouillante, le beurre surnage et peut ainsi être extrait.

Dans l'industrie cosmétique, on utilise deux procédés d'extraction plus rapides qui sont la pression mécanique et l'extraction par solvant

Utilisation

On utilise souvent le beurre de karité dans l'industrie chocolatière comme substitut du beurre de cacao.

Dans les pays africains, il sert à la cuisine comme corps gras.